Loralie SA

Rente transitoire

Une rente transitoire plutôt qu’une rente AVS anticipée ?

 

Quiconque partant en retraite anticipée et pouvant bénéficier d’une rente transitoire organisée par son employeur doit se poser la question de la pertinence de cette option. La réponse dépend notamment du type de financement prévu par l’employeur.

 

De nombreux actifs souhaitent arrêter de travailler avant l’heure tandis que d’autres sont mis à la retraite anticipée contre leur gré. Dans les deux cas, il faut combler financièrement la période qui précède l’âge de la  retraite ordinaire.

 

Beaucoup de caisses de pension permettent à leurs assurés de percevoir une rente dès 58 ans. Dans le régime AVS, c’est possible au plus tôt deux ans avant 64 ou 65 ans.

 

En outre, certains employeurs proposent une rente transitoire. Une option alléchante qui n’en vaut la peine que si la rente est financée par l’employeur. Or, il faut souvent en assumer tout ou partie des coûts. Les rentes versées sont déduites de l’avoir du 2e pilier, entraînant une réduction de la rente de vieillesse.

 

Exemple : un homme de 62 ans perçoit une rente transitoire de 25’000 francs par an jusqu’à ses 65 ans. Il voit ainsi le capital épargné dans la caisse de pension amputé de 75’000 francs.

Avec un taux de conversion de 6 % par exemple, cela représente 4500 francs de rente en moins par an.

En supposant qu’il vivra encore vingt ans après ses 65 ans, la perte cumulée s’élève à 90’000 francs, sans tenir compte du renchérissement. De plus, les cotisations AVS augmentent généralement, car pour les personnes sans activité lucrative, elles sont calculées en fonction de la fortune et du revenu acquis en tant de rentes multipliées par 20.

 

Conclusion :

 

Il est souvent préférable de se passer d’une rente transitoire et de combler le manque à gagner jusqu’à la retraite ordinaire avec ses économies.

 

Une rente transitoire est surtout intéressante lorsque l’employeur participe à son financement ou que l’on doit tabler sur une espérance de vie très réduite.

 

La personne perdant son emploi devrait vérifier si une rente transitoire en vaut la peine. Elle aura peut-être droit à des indemnités de chômage.

 

Or, la caisse de chômage tient compte de la rente transitoire pour calculer le revenu, ce qui réduit les indemnités de chômage. En cas de perte d’emploi, ce choix est donc peu judicieux si l’on doit financer la rente soi-même.

 

Source : Journal VZ news 122 Sept 2020, p 19, vzch.com