Loralie SA

Comment bien se protéger financièrement entre époux?

Lorsqu’ un conjoint décède, sa fortune ne revient pas entièrement à l’époux survivant. Selon la composition du patrimoine du couple, des difficultés financières peuvent alors surgir.

Les couples devraient se demander à temps comment s’avantager mutuellement.
Sinon, le conjoint survivant risque de faire face à des difficultés financières.
Cela peut arriver si une grande partie du patrimoine est investie dans un bien immobilier.

Si le conjoint survivant ne touche que la partie légale de l’héritage, il devra, au pire, vendre ce bien pour réduire ses frais ou verser leur part aux enfants.

Lorsqu’un conjoint décède, il convient de définir ce qui appartient à qui.
Le régime matrimonial est déterminant. Sans dispositions particulières, le patrimoine est divisé en biens propres et en acquêts.

Le survivant reçoit ses biens propres et la moitié des acquêts. L’autre moitié et les biens propres du défunt forment la masse successorale, dont la moitié revient aux descendants (cf. tableau).

Le conjoint survivant hérite souvent de trop peu pour maintenir son niveau de vie.

Conseil : favorisez votre conjoint autant que possible. Si vous avez opté pour la participation aux acquêts, vous pouvez indiquer dans un contrat de mariage que votre conjoint touche votre épargne accumulée durant le mariage. Ainsi, seuls ses biens propres seront répartis entre les héritiers.

Répartition héritage

Source : Journal VZ news 112, Septembre 2018, p 7, vzch.com